16/11/2018

Une signature qui n'engage plus

Une nouvelle polémique est venue perturber la saga du recomptage des voix de l'élection sénatoriale en Floride. Quelques milliers de bulletins postaux, principalement de jeunes électeurs, ont été annulés par l'administration républicaine sous prétexte que leur signature ne correspondait pas à des paraphes antérieurs de documents officiels. Les démocrates crient au scandale, arguant du fait qu'une signature peut évoluer au gré de l'existence de son auteur. Leur indignation est évidemment partisane, mais elle se fonde aussi sur des faits objectifs.

Citée par le New York Times, Tamara Thornton, professeure à l'Université de Buffalo, constate ainsi que "la culture et la technologie ont fait de la signature un instrument  dévalué. Elle devait sa popularité en tant que moyen pour une personne d'exprimer son individualité, garantissant son identification. De nos jours, on préfère utiliser un emoji (1)".

"Les jeunes électeurs n'ont pas une identité affirmée; leur signature est en flux. Ils vivent dans un monde digital où leur signature ne constitue pas une mesure permanente de leur identité", affirme pour sa part Daniel Smith, de l'Université de Floride, auteur d'une étude concluant que les jeunes électeurs risquent davantage une invalidation de leur bulletin postal, car ils n'ont pas suffisamment pratiqué leur écriture manuelle pour acquérir une signature immuable.

En d'autres termes, à l'ère d'internet et du smartphone, l'usage de l'écriture se perd - particulièrement parmi les nouvelles générations - au point que nombre d'écoles américaines ont renoncé à l'enseigner. En fait, seuls 10 des 50 Etats de l'Union maintiennent l'apprentissage de l'écriture cursive dans leur cursus scolaire.

L'auteur de ces lignes, pour qui cette matière lui valait ses plus mauvaises notes, n'aurait certes pas regretté son abandon. Dans ma lointaine enfance, j'avais été la victime peu consentante de l'une de ces nombreuses réformes dont l'école genevoise est si friande. Il s'agissait alors d'apprendre l'écriture scripte, des lettres faites de ronds et de bâtons, soigneusement calligraphiés. Quelques années plus tard, patatras, on revenait à l'écriture cursive. J'en ai gardé un ensemble de hiéroglyphes informes que je suis à peu près le seul à plus ou moins déchiffrer et sur lequel  - heureusement pour moi - aucun graphologue n'a fondé une analyse de personnalité.

Quant à ma signature, elle remonte à mes années de collège lorsque, pour tromper l'ennui d'une leçon particulièrement somnolente, avec mon voisin de classe, nous avions entrepris de nous fabriquer un paraphe définitif, sésame indispensable pour aborder l'âge adulte. Inutile de dire qu'il n'avait qu'un lointain rapport avec  ma signature actuelle.

Heureusement, elle est de moins en indispensable, puisque les émetteurs de cartes de crédits européens, très en avance sur leurs homologues d'outre-Atlantique, ont depuis longtemps renoncé à la signature comme moyen d'identification, au profit d'un pin beaucoup plus sûr. Mais les Américains  s'y mettent aussi: quatre des plus grandes entreprises du secteur - Amex, Discover, Mastercard et Visa - viennent  à leur tour d'abandonner le paraphe comme garantie de paiement.

Du coup, Walmart, la première chaîne de supermarchés du pays, a suivi le mouvement. C'est d'autant plus significatif que cette entreprise attire surtout une clientèle aux moyens modestes et d'un niveau d'éducation peu élevé, pour qui l'écriture manuelle n'est certes pas le point fort.

(1) Emoji, terme japonais pour désigner les pictogrammes utilisés dans les messages électroniques et les pages web.

 

 

 

 

 

17:39 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

11/11/2018

Trump: la victoire en déchantant

Commentant les élections américaines de mi-mandat, Donald Trump a célébré "un immense succès, un jour incroyable où les républicains ont défié l'Histoire". De manière sélective, il faisait allusion au maintien ou à l'accroissement de la majorité républicaine au Sénat (cela dépend du désormais rituel recomptage en Floride !) auxquels il n'a pas peu contribué par ses meetings incendiaires. Mais même en temps ordinaire, la tâche des démocrates était quasi insurmontable, car ils défendaient 26 des 35 sièges en jeu, y compris dans une dizaine d'Etats où l'actuel président avait surclassé Hillary Clinton lors de la présidentielle de 2016. 

Cela dit, cette campagne a permis à Trump de démontrer qu'il n'était plus un OVNI de la politique américaine. On peut être rebuté par son discours fondé sur la peur et la haine, mais force est de constater qu'il trouve un écho chez bon nombre d'Américains. Il dispose désormais d'un parti républicain à sa botte, débarrassé de ses personnalités plus modérées. Un parti fait en grande majorité d'hommes blancs, de milieux ouvriers ou ruraux, qui a fait une croix sur les groupes minoritaires: Noirs, Hispaniques, Américains d'origine asiatique, LGBT... 

Or, ces minorités additionnées, de tendance démocrate, sont aujourd'hui majoritaires dans au moins cinq Etats de l'Union - y compris un bastion républicain comme le Texas - et elle pourraient le devenir dès 2027 dans la catégorie de population âgée de 18 à 29 ans. A cela, s'ajoutent les femmes qui ont voté à 58% pour les démocrates, ainsi que les nouveaux électeurs en hausse de 16% par rapport au précédent scrutin.

Mais le principal enseignement de ces midterms réside dans la victoire sans contexte des démocrates à la Chambre des représentants, seul scrutin à l'échelle nationale à part l'élection présidentielle. Or, non seulement ils y disposeront d'une majorité confortable d'une quarantaine de sièges, mais, une fois tous les votes décomptés, ils auront une avance de 8% au plan populaire. A défaut d'une répudiation en règle du "trumpisme", c'est à tout le moins un désaveu.

Il faut encore mentionner une kyrielle de succès au niveau local jusque là solidement en mains républicaines. Il s'agit des gouverneurs et des  législatifs d'Etat qui ont en particulier le pouvoir non négligeable de redessiner la carte électorale, une arme que les républicains ont maniée avec une redoutable efficacité. Or, les démocrates leur ont arraché 7 postes de gouverneurs, remportant notamment ceux de Pennsylvanie, Michigan et Wisconsin, trois Etats où Trump avait grapillé les quelques milliers de suffrages qui lui avaient permis de remporter le Collège électoral, alors même qu'Hillary Clinton l'avait devancé de 3 millions de voix au plan national.

L'avenir se présente donc sous des augures favorables pour les démocrates … à condition qu'ils survivent sans encombre aux deux années cruciales qui les séparent de la présidentielle de 2020. Face à l'étroite homogénéité de leurs adversaires, leur hétérogénéité est certes un atout, mais aussi un risque, comme l'a montré la rivalité féroce entre partisans de Clinton et de Bernie Sanders qui leur a coûté la Maison Blanche en 2016. Il leur faudra trouver un juste équilibre entre une opposition résolue aux pulsions autoritaires du président - à commencer par son intention réaffirmée de torpiller l'enquête du procureur spécial Robert Muller - et la recherche de compromis avec l'exécutif sur des sujets tels que la santé - préoccupation numéro un des Américains, bien avant l'immigration - , la modernisation des infrastructures, voire le contrôle des armes à feu.

Ancienne et bientôt future speaker de la Chambre, Nancy Pelosi a eu les mots justes à cet égard: "Nous avons la responsabilité de trouver des solutions communes chaque fois que nous le pourrons", tout en restaurant "les contre-pouvoirs constitutionnels face à l'administration Trump".

La voie est étroite et semée d'embûches, mais aussi porteuse d'espoir. Rompue aux combats politiques les plus âpres, la future troisième personnalité de l'Etat sait bien que le locataire désormais en sursis de la Maison Blanche ne lui fera aucun cadeau. Mais elle non plus !

 

 

 

 

 

 

20:22 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

28/10/2018

Un parfum de Mamco à Toulouse

L1200741.JPG

Peut-on célébrer le printemps à l'orée de l'automne ? C'est l'ambition du Festival d'art contemporain. (Le Printemps de septembre) qui vient de se terminer à Toulouse  sur le thème "Fracas et Frêles Bruits" qu'explicite Christian Bernard, son directeur: "Non pas que notre festival se fût donné pour tâche d'illustrer le thème de la violence du monde, mais il était évident que plusieurs œuvres qui l'emblématiseront en 2018 étaient portées par la volonté  de se placer au cœur des conflits et des tensions du monde".

Depuis 2016, la manifestation désormais biennale de la "Ville Rose" est dans les mains de l'ancien directeur du Musée d'art moderne et contemporain de Genève (Mamco) qui, vingt-deux ans durant, en fit une institution reconnue sur la scène européenne. Avec notre groupe des Amis du Mamco, nous avons eu la chance de parcourir pendant trois jours les divers lieux d'exposition de ce printemps toulousain en compagnie de son concepteur et animateur. Toujours aussi éloquent et enthousiaste, Christian Bernard assume ses partis-pris. Mais ses choix ne doivent rien à la complaisance, mais beaucoup à un réseau très fourni, nourri notamment de ses amitiés pour des artistes qu'il a découverts et dont il a suivi la trajectoire, d'abord à la Villa Arson de Nice, puis au Mamco.

En tout, le festival a réuni 66 exposants - dont 31 femmes - de 20 nationalités différentes. Les critères sont exclusivement artistiques: à Toulouse, il n'y a pas de place pour des acheteurs milliardaires pour qui l'art n'est qu'un objet de spéculation. 

L' art contemporain est en flux, en attente de cristallisation. Foin des écoles et des manifestes, peu de référence au dérouler de l'histoire de l'art, il est bien difficile de discerner quel artiste en vogue aujourd'hui verra son œuvre lui survivre dans cinquante ans . C'est donc en toute subjectivité qu'on indiquera nos coups de cœur, au terme de ce périple sur les bords de la Garonne.

Sans totalement négliger la peinture ou la sculpture, cette édition 2018 a fait la part belle à la vidéo. On citera plus particulièrement Ultramarine, l'installation du Belge Vincent Meesen (Biennale de Venise 2015), qui montre la rencontre improbable entre un poète noir américain et un batteur flamand ; In Pursuit of Venus (Infected), le diorama de la Néo-Zélandaise Lisa Reihana sur l'irruption maléfique du colonialisme européen dans son pays d'origine ; L'Emprise des sens de la Savoyarde Camille Llobet, qui a filmé une répétition de l'Orchestre du Collège de Genève dirigé par Philippe Béran et traduite en langage des signes par une performeuse sourde, à l'intention d'un public de mal entendants.

Revenant à des formes d'art plus classiques, on mettra en évidence, dans le décor somptueux du Couvent des Jacobins, Mesure de la Lumière, l'installation de Sarkis (Biennale de Venise 2015), artiste turc quasi en résidence du Mamco, et  surtout La Grande Cavalcade de l'Autrichien Bruno Gironcoli (Biennale de Venise 2003), un ensemble jouissif de sculptures étranges, "une sorte de carnaval onirique" qui, comme le décrit le Guide du visiteur, "défile sous les yeux médusés du spectateur: un monde "hanté de fêtes dionysiaques à l'ère des "machines célibataires". (Photo Daniel Girardet- Amamco)

Le Printemps de Septembre s'est déroulé à Toulouse du 21 septembre au 20 octobre 2018. Mais plusieurs expositions importantes ont été prolongées jusqu'au 10 février 2019.

 

 

19:15 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |