26/11/2018

Et si l'UDC nous lâchait les baskets...

Ce devait être "la mère de toutes les batailles". Pour Christoph Blocher, l'initiative sur les juges étrangers allait être le point d'orgue d'une marche triomphale, quatre ans et neuf mois après sa victoire du 9 février 2014, à l'orée d'une campagne des élections fédérales riche de promesses. Le tribun zurichois aurait dû réfléchir à deux fois avant d'emprunter cette métaphore à Saddam Hussein dont on sait le sort funeste. Suite à la débâcle de ce 25 novembre, il ne risque au pire qu'une retraite - qu'on hésite à qualifier de "bien méritée" - entre sa villa de la Goldküste et son château des Grisons.

Car la défaite est sans appel. L'initiative de l'UDC a été balayée par deux Suisses sur trois et la totalité des 23 cantons, y compris ce Tessin qu'on pensait particulièrement susceptible de céder aux sirènes xénophobes et populistes. Et qu'on ne nous ressert pas la fable du combat de David contre Goliath: pour cette dernière campagne, l'UDC a dépensé deux fois plus d'argent que tous ses opposants réunis.

Le choc de ce "dimanche noir" du 9 février a eu notamment le mérite d'inciter les milieux économiques et universitaires à descendre de leur tour d'ivoire (l'aveu est de Patrick Aebischer, ancien président de l'EPFL) et à mettre les mains dans le cambouis. Depuis ce sursaut de la société civile, toutes les initiatives de l'UDC - renvoi des criminels étrangers, No-Billag, juges étrangers - ont été rejetées avec des majorités allant de 59 à 72%. A cela s'ajoutent une série de déboires électoraux, en Suisse romande, mais aussi à Zurich, fief du bateleur  de l'Albisgüetli.

Cela incitera t-il les pontes de l'UDC à faire leur examen de conscience ? Remettront-ils en question leur prétention d'une insupportable arrogance à représenter à eux seuls le "peuple", au nom d'une suissitude intolérante et intransigeante ? En d'autres termes, vont-ils nous lâcher un tant soit peu les baskets ?

On peut en douter à en juger à la nouvelle rafale d'initiatives, nourrie de son obsession isolationniste, que nous promet l'UDC. Pour Roger Köppel, son porte-plume officieux, l'échec du 25 novembre menacerait la démocratie directe. Or, c'est son parti qui risque de la dénaturer à force d'en abuser.

Donc, le combat continue. Pour les tenants d'une Suisse tolérante, ouverte au monde, mais sans rien renier de ses valeurs identitaires, ce n'est pas le moment d'abaisser leur garde.

 

 

 

15:16 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Et si l'Europe de Bruxelles, qui nous ruine, nous lâchait les pantoufles???? Vous ne mettrez pas longtemps à voir qui a raison en fin de compte! "La gouvernance mondiale" est le seul but de Bruxelles, c'est donc une "dictature mondiale" qui est souhaitée par le plus grand nombre au secours!!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 26/11/2018

Et si l'UDC n'existait pas sur qui porterait vos accusations de tout ce qui va mal en Suisse? Il faudrait vous trouver un autre bouc émissaire. La démocratie directe peut être ?

Écrit par : norbert maendly | 26/11/2018

Mais UDC ou pas, les choses ne vont pas si mal en Suisse ? La preuve: le vote de ce dimanche

Écrit par : andré naef | 26/11/2018

"La preuve: le vote de ce dimanche" OK, on prend les paris sur la montée de l'UDC aux prochaines fédérales ? Qui voudra voter PLR (Maudet) ou PDC (la mafia de la Poste, Barazzone) ?

Écrit par : Géo | 26/11/2018

A force de prises de position non nuancées, l`UDC s`est enfermé dans une image de dogmatisme et de populisme. Or, cela ne plait qu`a une petite minorité d`électeurs car, grace notamment a une presse suisse de qualité, le niveau moyen de culture politique est suffisamment élevé pour que la plupart des électeurs suisses soient notamment capables de détecter le populisme en politique.

Écrit par : Jean Jarogh | 26/11/2018

Vous pouvez dire la même chose de tous les partis politiques! La gauche ultra libéral qui est pour une gouvernance mondiale est aussi irresponsable! Tout cacher sous le tapis/ udc semble être la seule solution pour beaucoup!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 01/12/2018

Est ce que vraiment un parti classé de droite à l extrême droite a une chance de persévérer en Suisse? J ai de fortes doutes car on n est pas ni en Hongrie ni en Israel non plus!

Écrit par : Charles 05 | 26/11/2018

Excellent billet. Merci, M. Naef.

Écrit par : Mario Jelmini | 27/11/2018

C'est un appel indirect à près du tiers électoral des Suisses. Car ne vous en déplaise, si l'UDC existe, c'est pour répondre à des sensibilités. Le minimum que vous puissiez faire c'est de les respecter, à défaut de les comprendre.

Écrit par : Pierre Jenni | 27/11/2018

On est seulement un peu fatigué des initiatives à répétition de l'UDC qui tape toujours sur le même clou avec le même résultat, le plus souvent négatif. On ne conteste nullement à ce parti le droit démocratique de lancer des initiatives, simplement on souhaiterait qu'il les espace dans le temps, en variant, pourquoi pas, les thèmes. Et un tiers des électeurs, c'est fort respectable mais cela ne représente pas le "peuple" à l'exclusion des deux autres tiers.

Écrit par : andré naef | 27/11/2018

En son temps, Blocher a commis la grosse erreur (de son point de vue) de doter son parti d`un style rhétorique a la LePen consistant principalement en des argumentaires a l`emporte-piece et le refus du consensus. Quand on écoute un discours fait dans ce style, la premiere chose qui frappe est cette certitude quasi-infantile d`avoir toujours raison contre tout le monde. Cela fonctionne parfaitement dans les pays dont la majorité de la population est inapte (parce`que traumatisée ou simplement inculte) a prendre du recul par rapport aux slogans populistes et donc a avoir une pensée critique mais ce n`est heureusement pas le cas de la Suisse. Bravo la Suisse!

Écrit par : Jean Jarogh | 30/11/2018

Entièrement d'accord. Le désastre du Brexit montre les dégâts que peut susciter un référendum dans un pays qui n'en a pas la tradition et la culture.

Écrit par : andré naef | 30/11/2018

Concernant le Brexit, les Britanniques ne sont ni traumatisés ni incultes bien évidemment et s`ils l`ont quand meme voté, c`est peut-etre parce qu`on leur a fait croire qu`il était possible d`avoir le beurre et l`argent du beurre.

Écrit par : Jean Jarogh | 30/11/2018

Les commentaires sont fermés.