10/07/2018

Plaidoyer pour les doubles-nationaux

Bien sûr, le spectacle de Rakitic, né à  Möllin (Argovie), formé au FC Bâle, élément moteur des sélections suisses d'espoirs,  mais marquant des buts décisifs pour la Croatie, a de quoi donner des boutons aux dirigeants de l'Association Suisse de football (ASF). Et il serait étonnant que la Fédération croate  ait versé la moindre indemnité pour ces années de formation à l'œil.

Mais la déclaration de son  secrétaire général, incitant les joueurs doubles-nationaux à brûler leur passeport étranger pour mériter d'accéder au Graal de la Nati, est pour le moins maladroite, voire offensante. Elle fait écho à des propos autrement plus haineux et racistes, tel l'éditorial de Roger Köppel, le patron de la Weltwoche : notre équipe nationale ne serait qu'une bande "de mercenaires balkaniques flanqués de quelques Africains ensuissés". Quelle élégance dans ce néologisme !

Etrangement, il n'y a que le sport, particulièrement le football, pour susciter des telles polémiques, à la différence la culture ou l'économie. Il est vrai qu'il est un parfait exutoire pour le nationalisme et le chauvinisme. 

Genève compte ainsi 70.000 Franco-Suisses qui, parfois par coïncidence, votent dans les deux pays le même dimanche. Parmi eux, des directeurs de musée, des chefs de clinique, des comédiens, des artistes dont, à part quelques grincheux, personne de se soucie de leur double passeport. Et personne n'a rien à redire - y compris la Weltwoche - à ce que la deuxième banque du pays soit dirigée par un Africain même pas "ensuissé" !

N'en déplaise aux nostalgiques d'une Suisse bucolisée à la Anker, notre pays, fort de son quart de population étrangère, est de plus en plus métissé. Dans les grandes villes, les mariages binationaux tendent à devenir la règle. Tant mieux, car rien de tel que ce genre d'union pour ouvrir l'esprit et élargir l'horizon.

Et quel privilège d'habiter Genève, une cité qui vit plutôt en bonne intelligence avec ses 40% d'expatriés. J'avoue que j'ai aime assez ce parfum de Bangkok, Bamako ou Bogota dans nos transports publics, où ces passagers venus d'ailleurs sont toujours les premiers à céder leur place aux têtes grisonnantes.

 

11:08 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |