Un peu d'humilité, Messieurs les Chinois !

Imprimer

Comment dit-on "Y en a point comme nous" en mandarin ? Dans une interview à la revue américaine Science, George Gao, directeur du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, fait la leçon aux Occidentaux, coupables à ses yeux de refuser le port massif du masque pour combattre le coronavirus. Une négligence contrastant avec la contre-attaque résolue de la Chine qui lui aurait permis de juguler la pandémie.

Dans cette interview, l'épidémiologiste chinois, de réputation mondiale, détaille à loisir les mesures draconiennes de confinement et de contrôle mises en oeuvre par les autorités sanitaires de l'Empire du Milieu. Une réussite incontestable - encore que tardive - facilitée en l'occurrence par le caractère totalitaire du régime chinois. Ce qui ne devrait cependant pas retenir les démocraties occidentales de s'en inspirer, tout en tenant compte des différences culturelles entre ces deux sociétés.

Mais le professeur Gao est moins convainquant lorsqu'il tente de réfuter le reproche fait à la Chine d'avoir perdu quelques précieuses semaines, au prix d'innombrables vies humaines: les lanceurs d'alerte brutalement réduits au silence, les autorités de Wuhan redoutant d'apporter les mauvaises nouvelles à l'échelon supérieur, tare rédhibitoire d'un régime totalitaire où le dirigeant suprême n'est plus entouré que de béni-oui-oui.

Aujourd'hui, alors que le péril semble passé, la Chine bombe le torse, mettant en exergue avec force propagande ses secours apportés à l'Italie en détresse. Bien sûr, toute aide est bonne à prendre et Dieu sait si les Italiens en ont un besoin vital. Mais en février, la presse chinoise n'avait soufflé mot des quelque 56 tonnes de matériel médical envoyées par l'Union européenne à Wuhan en perdition. A la demande de Pékin, l'UE, décidément bonne fille, avait gardé le silence pour ne pas embarrasser son puissant partenaire commercial.

Face à une catastrophe d'envergure mondiale, serait-ce trop demander à la Chine de montrer un peu de modestie et d'humilité ? Après tout, comme le constate justement le professeur Gao, le coronavirus "n'est pas l'ennemi d'un individu ou d'un pays en particulier, c'est notre ennemi à tous"

 

 

Lien permanent Catégories : Humeur 4 commentaires

Commentaires

  • Le gouvernement chinois pour ne pas sombrer seul, a décidé de laisser les frontières ouvertes. Ils étaient au courant fin décembre déjà. Si nous plongeons, tout le monde plonge. Qu'ils ne viennent pas nous dire qu'un ressenti anti-chinois est né par le plus grand des hasards du jour au lendemain. Par contre j'aimerais bien connaitre les vrais chiffres et pourquoi une dizaine de millions de.Chinois ne se sont plus connectés à leurs portables depuis le confinement...Pour ne pas être géolocalise ? J'en doute fort.

    Rappelons-nous que les gouvernements européens ont nié longtemps l'existence même de la grippe espagnole fin 1918.

  • Comment dit-on "Y en a point comme nous" en mandarin»? "我们是最好的 !". Mais celle-là, je ne vous la traduit pas : "La médiocrité est la maladie la plus contagieuse" (Adama Konate).

  • A l`instar de Trump, le monde entier a maintenant associé ce virus avec la Chine qui, du coup, a perdu le capital-sympathie qu`elle avait acquis un peu partout du simple fait d`etre dans la ligne de mire d`un Trump universellement détesté. Il est donc normal de chercher a reconquérir la sympathie perdue mais cela se fait de maniere plus ou moins habile.

  • Fort heureusement, les notions sur l'origine du virus et l'habileté humaine sont les moins partagées dans le monde réel. Et ce qui circule dans les réseaux sociaux finit immanquablement dans le tout-à-l'égoût du XXIe siècle.

Les commentaires sont fermés.